Christophe Lance marketing internet et web designChristophe Lance marketing internet et web design (Mobile version)Logo Christophe Lance (Mobile)

Qui n'a pas déjà entendu le discours publicitaire des promoteurs de solutions techniques qui affirment que leur système permet de "mettre à jour son site en un seul clic" ? Certes, les CMS (système de gestion de contenu) comme Joomla ou Wordpress sont relativement simples à utiliser et bien documentés. Mais, en réalité, le travail d'un webmaster professionnel demande à la fois des compétences techniques, rédactionnelles et marketing qui vont au-delà du simple copier-coller d'un texte entre un traitement de texte et un CMS.

Un webmaster professionnel va réaliser sa tâche de manière optimale en se formant régulièrement aux technologies web le plus souvent sans passer par des extensions douteuses qui sont coûteuses en termes de performances et pour la sécurité du site. Cet article n'a pas pour vocation de décourager les débutants (personne ne sait tout ou a le temps de tout faire dans ce métier), mais plutôt de donner quelques pistes à celui ou celle qui cherche à s'améliorer.

Prenons l'exemple de la publication d'un nouvel article sur le site institutionnel d'une entreprise.

  1. Le webmaster reçoit les documents textes et images et vérifie leur conformité aux droits d'auteur. Il effectue la mise en page du texte et des liens en respectant la charte graphique du site et en utilisant la bonne sémantique du code HTML. C'est particulièrement important, lorsqu'il adapte la typographie utilisée dans les textes de type Word. Pour prendre un exemple courant, il s'assure que les listes à puces soient converties en balises HTML <li></li>.
  2. Une image doit être adaptée et optimisée avant d'être intégrée à la page. Peut-être sera-t-il nécessaire de la retoucher, de la recadrer, de modifier l'habillage et de l'enregistrer dans le bon format de fichier avec une balise <figure> pour conserver une bonne qualité sur mobile et Desktop. Lorsque le webmaster ne sait pas recadrer ou redimensionner une photo, le résultat impacte à la fois les performances du site, mais aussi sa ligne graphique et l'image de marque.
  3. Une erreur a pu se glisser dans le texte original ou lors de la mise en page. Avant publication, il relit donc le texte et vérifie l'orthographe avec un outil dédié. Il peut aussi proposer au rédacteur d'utiliser des mots clés plus adaptés en fonction de leur fréquence d'utilisation dans les moteurs de recherche (connaissance du SEO).
  4. Il prépare une courte description pour les menus de navigation, les listes d'articles et les balises meta description pour les moteurs de recherche et open graph pour les réseaux sociaux. Il s'assure que la page est bien intégrée dans les menus, ainsi que dans les plans du site en HTML et XML. Une vérification de l'affichage correct du titre et de la description de l'article dans le flux RSS du site est aussi nécessaire, ainsi que le contrôle des données structurées de la page dans leurs différents formats.
  5. Sur un site multilingue, le webmaster peut être amené à coordonner le travail de traduction. Il devra aussi mettre en page les textes traduits et contrôler le référencement des différentes versions de la page.
  6. Il effectue une vérification du bon fonctionnement des liens et des scripts sur la nouvelle page et leur bonne intégration avec le protocole https. Il vérifie aussi la conformité de la page aux normes HTML W3C. Le but étant de s'assurer que la page web s'affiche correctement dans les différents navigateurs disponibles sur le marché et sur différentes plateformes (PC, mobile, etc.).
  7. Il optimise la page par rapport aux bonnes pratiques SEO avec un outil d'analyse comme Alyze.info. Il sait interpréter les résultats en sachant que la note maximale dépend de nombreuses contraintes techniques ou pratiques du site, voire des biais de l'outil d'audit.
  8. L'audit des performances du site et du serveur avec Google Page speed, Chrome Lighthouse ou d'un outil équivalent permet d'optimiser spécifiquement la vitesse de chargement des pages web sur différentes plateformes (web responsive). Il garde un oeil sur la console développeur pour contrôler les requêtes http, le temps de chargement et le cache des différents fichiers qui composent la page, il vérifie les éventuelles erreurs de chargement ou d'exécution du code Javascript. Il vérifie la minification, la concaténation et la compression des scripts et des fichiers CSS. Il réécrit et optimise régulièrement les règles CSS de ses différentes feuilles de style.
  9. La phase suivante est un checkup général du site, par exemple avec le service Google Search console qui prévient des erreurs d'indexation dans le moteur de recherche (liens brisés, adaptation à l'écran des mobiles, fichiers robots.txt ou sitemap mal configurés). En cas d'erreurs 404, des redirections sont effectuées pour guider les utilisateurs vers les bonnes pages.
  10. Il effectue régulièrement la mise à jour du CMS et de ses extensions. Il sait comment contrôler et mettre à jour les fichiers surchargés ou modifiés, ainsi qu'utiliser l'outil de débogage du CMS pour résoudre les erreurs, lorsqu'elles se produisent.
  11. Lorsqu'il doit développer de nouvelles fonctionnalités, il utilise l'API du CMS et applique les bonnes pratiques définies dans la documentation.
  12. Il effectue régulièrement le contrôle de la base de données, il supprime les données obsolètes, par exemple les utilisateurs inactifs, les spams dans les commentaires, les tables/données orphelines ou les révisions d'articles trop nombreuses. Sans être obligatoire, la maîtrise d'un langage de base de données comme SQL facilite le travail.
  13. L'audit régulier des fichiers sur le serveur et la suppression des fichiers obsolètes comme les images, PDF ou ceux produits par des plugins mal désinstallés sont des tâches importantes, souvent négligées, surtout lorsque le webmaster n'est pas seul à travailler sur le site.
  14. Le webmaster doit pouvoir dialoguer avec le support technique d'un service d'hébergement comme celui d'Infomaniak, afin d'optimiser les performances du site, sa sécurité et utiliser les innovations techniques les plus récentes.
  15. Un webmaster surveille en particulier ses journaux de bord (logs) pour contrôler les erreurs et ajouter au pare-feu du serveur des règles d'interdiction contre les nombreux bots et les requêtes malveillantes. Il dénonce les abus flagrants aux propriétaires des adresses IP concernées. Sur un site accueillant des utilisateurs, il modère les perturbateurs et répond aux demandes liées à la protection de la vie privée.
  16. En prévision du pire toujours possible, il vérifie le bon fonctionnement des sauvegardes (backup) du site et conserve régulièrement sur des supports externes des archives supplémentaires.
  17. En l'absence d'un véritable community manager, le webmaster peut aussi être chargé d'alimenter les comptes Twitter, Instagram ou Facebook de la société. Les informations sur la page Google MyBusiness de la société et les éventuels avis d'utilisateurs doivent être régulièrement contrôlés. Une lettre d'information peut être envoyée aux personnes ayant accepté de recevoir des notifications par email. Des leaders d'opinion peuvent être contactés. Des blogs ou des forums discutant d'un sujet similaire peuvent aussi être informés de l'existence d'un nouvel article.
  18. Enfin, il vérifie les informations affichées dans le rapport d'audience personnalisé réalisé avec Google Data Studio: combien de fois les pages sont-elles visitées ? D'où proviennent les visiteurs ? Les boutons d'appels à l'action sont-ils cliqués ? Des liens sont-ils brisés ?
Google console search
Google console search

On le voit, la mise à jour d'un site web professionnel n'est pas une simple formalité technique comme certains aimeraient le faire croire, mais un travail qui demande du temps, de l'expérience et des compétences multiples. En effet, le succès à long terme du site dépend beaucoup de la qualité de sa maintenance.

Devis et renseignement gratuits