Nous avions interviewé en 2007 Laurent Boatto, le fondateur du site romand de petites annonces Anibis.ch. En 2009, le site a été racheté par le consortium de communication Media swiss group dont l'actionnaire majoritaire est Ringier avec pour mission d'étendre le modèle Anibis aux autres régions linguistiques de Suisse.

Nous avons interrogé le nouveau directeur d'Anibis, M. Klaus Abele, sur la refonte récente du site et son évolution technique et commerciale.

Une nouvelle version du site de petites annonces gratuites Anibis vient d'être mise en ligne. Avez-vous tenu compte de suggestions particulières des utilisateurs du site dans la refonte de l'interface ?

Nous avons réalisé une enquête fin 2010 qui a pris en compte les avis de 150 utilisateurs avancés d'Anibis. Nous leur avons posé des questions sur les fonctionnalités et le design et le retour d'expérience a été très bon. En raison de cette enquête, les fonctionnalités n'ont pas changé et se trouvent au même endroit qu'avant dans l'interface. Seul le design a changé.

Anibis

L'interface d'Anibis est maintenant traduite en allemand. Quelle est la notoriété de la marque en Suisse alémanique ?

Jusqu'à l'année dernière, Anibis n'était pas connu en Suisse allemande. Depuis son lancement, la partie germanophone du site accueille 300'000 visiteurs par mois et la croissance est rapide. En Suisse romande, le site est leader sur le marché des petites annonces en ligne avec 3.8 millions de visiteurs par mois.

Les risques de fraude sont importants dans le domaine des petites annonces. Chaque nouvelle insertion est-elle contrôlée par un modérateur ?

Nous publions plus de 100'000 nouvelles petites annonces par mois et il n'est pas possible de tout contrôler. Nous vérifions uniquement les images de la rubrique "Érotique" avant leur mise en ligne. Anibis bénéficie d'une communauté d'utilisateurs fidèle et très active qui attire l'attention de notre support technique sur les annonces frauduleuses. Lorsque nous recevons ce type d'alertes, nous supprimons rapidement l'annonce et informons les utilisateurs qui ont été en contact avec l'annonce. Les utilisateurs nous aident donc à limiter le développement des annonces frauduleuses.

Parmi les nouveautés proposées: vous citez un meilleur accès pour les téléphones portables. Voyez-vous une progression importante des accès au site avec des mobiles dans les prochaines années ? Une application iPad est-elle prévue ?

La téléphonie mobile est en croissance avec jusqu'à 7% des utilisateurs se connectant depuis des téléphones portables. Dès la fin de l'été, Anibis proposera une iApp permettant d'ajouter facilement une annonce avec une photo. Cela va encore accroître ce type d'utilisation.

Une des forces d'Amazon, un des principaux acteurs du e-commerce dans le monde, est la richesse des outils mis à disposition de ses partenaires webmasters. Anibis va-t'-il développer son offre dans ce domaine ?

La stratégie d'Anibis est de proposer une plateforme de petites annonces gratuites de consommateur à consommateur. Nous ne voulons pas surcharger notre site avec de la publicité. Anibis se veut simple et rapide, c'est notre approche. Nous nous concentrons sur le développement d'outils destinés à rendre la recherche et l'insertion d'annonces plus conviviales pour les utilisateurs. Dans ce but, nous proposerons des outils pour permettre à d'autres sites web d'intégrer nos résultats de recherche. Une interface de programmation (API) ouverte sera aussi proposée pour l'échange de données avec d'autres acteurs du marché.